Le lundi 28 mai 2018, la commission européenne a dévoilé une proposition de directive destiné à réduire et, à terme, bannir les produits en plastique jetable. Sont visés les produits à usage unique tel que les pailles, les coton-tige, la vaisselle …

La commission ne pouvait pas continuer d’ignorer que ces produits sont une des principale source de pollution de déchets marin en Europe avec les objets issus de la pêches. A eux deux, ils représentent 70% de cette pollution.

Il est prévu de contraindre les Etats membres de réduire de façon drastique les déchets issus de récipient alimentaire en plastique. Cet objectif de réduction devra être atteint par les Etats soit en utilisant des produits alternatifs (et donc interdire les produits qui sont la cause de tant de maux) soit en augmentant les couts de ces produits, afin d’inciter le consommateur à s’en détourner. Les produits alternatifs sont déjà sur le marché et déjà utilisé en Angleterre par exemple ou les pailles en plastique, interdites en fin d’année, sont remplacées par des pailles en carton ;

Autre objectif de cette directive, collecter au moins 90% des bouteilles de plastique à usage unique. Cet objectif pourra être atteint par des mesures contraignante ou par des mesures incitatives tel que le système des consignes. Ce système a été inspiré par de nombreux pays de l’Union comme le Danemark qui a un système de consigne très efficace pour collecter l’aluminium.

Enfin, les producteurs de ces produits plastique seraient mis à contribution, en application du principe de pollueur payeur. En effet, ils seront taxés dans le but de financer le traitement des déchets qu’ils génèrent. Sont visés les producteurs d’emballages de chips, de bonbons, filtres de cigarettes, sac plastique…

Avant d’entrer en vigueur, cette directive doit être accepté par le Parlement européen et le conseil des ministres des Etats membres, qui pourront être plus, ou moins, ambitieux que la commission, qui a déjà fait un effort salué par de nombreux ONG.