Le décret n° 2017-196 du 16 février 2017 relatif aux aides à l'achat ou à la location des véhicules peu polluants, publié le 18 février au Journal officiel crée une aide analogue au « bonus écologique », selon la ministre de l'environnement Ségolène Royal, d'un montant de 200 euros pour l'acquisition d'un vélo à assistance électrique (VAE).

Ce décret concerne plus généralement « l'acquisition de cycles à pédalage assisté qui n'utilisent pas de batterie au plomb et l'acquisition ou la location de véhicules à moteur à deux ou trois roues et de quadricycles à moteur électriques d'une puissance maximale nette du moteur inférieure à 3kilowatts et n'utilisant pas de batterie au plomb ». 

Le texte est entré en vigueur le 19 février 2017 et l'aide à l'achat de cycles à pédalage assisté est accordée jusqu'au 31 janvier 2018. L'aide peut être attribuée aux personnes physiques majeures domiciliées en France, aux personnes morales établies en France et aux administrations de l'Etat. Cependant, cette aide n'est versée qu'une seule fois au bénéficiaire, et non par achat effectué.

Le montant du bonus accordé est fixé à 20% du coût d'acquisition du VAE avec un plafond fixé à 200 euros. L'aide ne peut être attribuée si l'acquisition fait déjà l'objet d'une aide d'une collectivité locale.
En effet, plusieurs communes prennent déjà en charge une partie du prix de l'acquisition du VAE et cela peut être plus avantageux pour l'acquéreur. La commune de Paris, par exemple, prend en charge 33% du prix soit jusqu'à 400 euros.

Afin de bénéficier de ce nouveau bonus, l'acquéreur doit faire l'avance du montant de l'aide puis il devra transmettre une demande de remboursement à la direction régionale de l'Agence des services et de paiement (ASP).
La demande doit être assortie de pièces justificatives. En effet, il faut un justificatif de domicile de moins de trois mois, une copie d'un justificatif d'identité, une copie de la facture d'achat du cycle ou déclaration précisant la composition chimique de la batterie et une attestation sur l'honneur de ne pas revendre le VAE.

Cette nouvelle disposition s'inscrit dans une logique de lutte contre la pollution de l'air et contre les changements climatiques.
Cela est donc salué par les différentes ONG, dont le Réseau Action Climat (RAC), qui affirment qu'il s'agit d'« une étape importante pour la reconnaissance du vélo en tant que mode de déplacement à part entière, et comme solution de mobilité durable ».
Le dispositif constitue également un enjeu économique non négligeable, les VAE sont produits à plus de 40% en France.
Incidemment, cela peut participer à augmenter la pratique sportive dans les populations urbaines.

En outre, d'autres procédés ont également été mis en oeuvre, notamment l'indemnité kilométrique vélo. Le montant de l'indemnité kilométrique vélo vise à inciter les salariés du privé à utiliser leur vélo pour aller travailler. Celle-ci a été fixée à 25 centimes d'euro par kilomètre.

Cependant, certaines associations déplorent que ce nouveau bonus concernant les VAE ne soit valable uniquement pour l'année 2017.