Les Achats Responsables sont à la croisée d’un large spectre de parties prenantes et de théma¬tiques sociales/sociétales, environnementales et économiques. Pour résumer l’intégration de la RSE dans les Achats, il convient de travailler sur trois questions : qu’est-ce que j’achète ? A qui ? Et comment ?
Les produits ou services achetés sont-ils responsables ?

Les fournisseurs sont-ils responsables? La relation client-fournisseur est-elle responsable ?

Et cela, en intégrant tous les enjeux du Développement Durable.
La stratégie Achats Responsables doit être en cohérence avec la stratégie et les enjeux spécifiques de chaque organisation.

Elle doit être alignée avec les stratégies Achats, Business et RSE de l’entreprise.
Dans ce cadre, les Achats Responsables doivent pouvoir intégrer comme enjeux stratégiques: les impacts sociaux, environnementaux et économiques. Il s’agira, tout au long du processus Achats, de la définition du besoin, à la sélection du fournisseur, jusqu’à la fin du contrat, de mesurer les impacts induits par l’activité et d’en déduire les améliorations possibles aux bénéfices de toutes les parties prenantes.
La fonction et le processus Achats sont à l’interface de nombreuses parties prenantes internes comme externes, ayant toutes un rôle à jouer dans la mise en place et la pérennité d’une telle démarche.

Les fournisseurs

Les fournisseurs représentent la partie prenante la plus stratégique mais aussi la plus sensible pour les Achats. Au-delà d’une approche par les risques, de contrôle et de mesure de leur perfor¬mance RSE, il est important de les intégrer dans la démarche de façon collaborative afin de saisir toutes les opportunités offertes, comme l’innovation ou le co-développement.
Cette intégration des fournisseurs doit également s’orienter vers la mise en place de relations de confiance, équilibrées et mutuellement bénéfiques.

Les autres parties prenantes externes

Au-delà des fournisseurs, il ne faut pas négliger d’autres parties prenantes externes qui peuvent intervenir dans l’acte d’achat.
Certaines se révèlent être de réels partenaires dans la construction de la démarche, en apportant leur expertise sur des sujets particuliers (ONG, experts scientifiques, leaders d’opinion, secteur public…).

D’autres entreprises, du même secteur ou d’un secteur différent, peuvent aussi faire bénéficier de leur expérience et de leur retour, sur un certain nombre de pratiques, en particulier sur les enjeux sociaux ou environnementaux non concurrentiels.
Profiter de ces expériences externes permet aussi d’embarquer et de convaincre les parties prenantes internes, en les confrontant à la réalité et aux enjeux de leur écosystème


Exemple de Bonne pratique 1 : Alstom – Railsponsible, une initiative collaborative
portée par l’industrie ferroviaire:
Railsponsible est une initiative internationale lancée par six industriels du secteur ferroviaire (dont Alstom), qui vise à encourager le développement durable sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

Cette initiative est ouverte à tout opérateur et compagnie ferroviaire, à toutes les sociétés de la chaîne de valeur du secteur ainsi qu’aux associations qui partagent les mêmes visions et mêmes engagements.
Ce projet a pour but d’améliorer l’approvisionnement des fournisseurs à travers le partage de bonnes pratiques, de procédures et d’outils communs.

Les parties prenantes internes liées à l’acte d’achat
La pérennité de la responsabilisation de l’entreprise vis-à-vis de ses fournisseurs sur les enjeux du Développement Durable demande une évolution et un enrichissement des pratiques et processus qui impacteront différentes parties prenantes en interne. Il faut pouvoir mobiliser ces dernières au sein d’une dynamique cohérente en y associant les juristes, les financiers et les différentes directions fonctionnelles (notamment Recherche et Développement, Bureau d’Etude, Marketing…). En effet, prescripteurs ou utilisateurs ont un impact direct sur les stratégies et décisions d’achats ; dans certains cas, les interlocuteurs clés des fournisseurs se trouvent même ne pas être les acheteurs, ce qui rend l’intégration de toutes les parties prenantes encore plus impactante.


Comment initier sa démarche d’Achats Responsables ?

Il n’existe pas de démarche type ou modèle : la démarche doit toujours être réalisée en fonction de la culture et de la stratégie d’entreprise.
Toutefois, certaines étapes sont incontournables pour s’assurer de la pérennité de la démarche et de l’ancrage dans les métiers.